FAQs

Nous avons regroupé, sous quatre thèmes, des réponses aux questions que vous pourriez vous poser.
• Pourquoi? Avantages et bénéfices
• Qui? Entreprises ciblées
• À quoi? Utilisation des fonds de la CCD pour la promotion collective

• Autres

Vous avez d’autres questions?

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.
De plus, votre contribution nous permettra d’ajouter votre question et notre réponse, au contenu de cette section. Tout le monde sera gagnant: vous d’abord, et toutes les personnes qui consulteront notre site.
Pourquoi?
Pourquoi une contribution obligatoire ?
• Pour amasser des sommes significatives et se donner de puissants moyens de promotion;
• Pour engendrer des retombées économiques significatives à moyen et long terme pour toutes les entreprises de l’industrie;
• Pour assurer la pérennité des efforts promotionnels, car l’histoire nous rappelle que les initiatives de nature volontaire finissent par s’effriter;
• Par équité pour ceux qui contribuent actuellement volontairement.

Quelles seront les retombées positives estimées du projet de promotion collective ?
• Une augmentation de la demande en végétaux, en produits et en services;
• Le développement de nouvelles clientèles;
• La fidélisation de la clientèle actuelle;
• La prolongation et la stabilisation de la période des ventes;
• Hausse de la valeur perçue des produits et services;
• Une augmentation de la notoriété de l’industrie;
• Tout cela grâce à une promotion plus vaste, plus constante et mieux ciblée.

Pourquoi devrais-je soutenir ce projet ?
Parce que vous croyez qu’il est essentiel de doter notre industrie d’outils collectifs pour assurer la prospérité et le développement des entreprises et parce que vous savez qu’en travaillant ensemble, tout le monde sera gagnant.

Qui?
Quels sont les secteurs visés et les associations qui demanderont une accréditation?
Secteur de la production:
  •  AQPP | L’Association québécoise des producteurs en pépinière;
  •  PSQ | Les Producteurs en serre du Québec (décision à venir à l’automne 2017).
Secteur de la commercialisation:
  • AQCHO | L’Association québécoise de la commercialisation en horticulture ornementale (secteurs jardinerie et fournisseur).

Secteur des services (Alliance des services):

  •  ASHOQ | L’Association des services en horticulture ornementale du Québec;
  •  AIQ | L’Association Irrigation Québec;
  •  AEEPQ | L’Association des entreprises d’entretien paysager du Québec (Création de l’association à la fin de 2017).
Suis-je concerné même si je ne suis pas inscrit ou membre d’une de ces associations ? Quelles sont les entreprises qui devraient cotiser et celles qui n’auraient pas à le faire ?
  • Une fois le financement obligatoire rendu officiel et homologué par la RMAAQ, toutes les entreprises visées par l’association accréditée qu’elles soient membres ou non de l’association qui représente leur secteur, seront tenues de contribuer au financement de la promotion collective;
  • Rappelons que pour être accréditée par la RMAAQ, une association doit démontrer qu’elle a l’appui d’une grande majorité des entreprises de son secteur. En cas de doute, la RMAAQ peut demander que le processus de consultation soit repris de nouveau par l’association, et ce, sous sa supervision;
  • Si votre secteur n’est pas représenté par une association accréditée, vous ne serez pas obligé de cotiser, car la loi ne le permet pas. Par exemple, l’APGQ ne fera pas de demande d’accréditation, donc les producteurs de gazon ne seront pas tenus de contribuer obligatoirement au fonds de promotion;
  • Les entreprises ou groupes non visés par une association accréditée qui voudraient contribuer volontairement pourront le faire par l’entremise d’un contrat.
  •  Exonérations:
    • AQCHO: Les entreprises de fleuristerie (exclusivement) ne sont pas visées et sont exonérées de paiement;
    • AQPP: Les entreprises de production de sapins de Noël (exclusivement) ne sont pas visées et sont exonérées de paiement.
    • ASHOP: Les entreprises de tonte (exclusivement) ne sont pas visées et sont exonérées de paiement.
  •  Entreprise mixte (œuvrant dans plusieurs secteurs d’activité):
    • Les entreprises qui sont impliquées dans plusieurs secteurs de production, de commercialisation ou de services ne verseront qu’une contribution unique, et ce, à leur principal secteur de production.
Qu’est-ce que la nouvelle association nommée l’Alliance des services ?

L’Alliance des services est le regroupement de trois associations: l’AIQ, l’ASHOQ et d’une nouvelle association qui sera créée à la fin de 2017 pour représenter les entreprises d’entretien paysager (AEEPQ). L’Alliance des services sera créée dans le seul et unique but de représenter les entreprises œuvrant en irrigation (AIQ), celles des services d’entretien de espaces verts (ASHOQ) et celles d’entretien paysager (AEEPQ) au sein de la future CCD. Son conseil d’administration sera donc le lieu de concertation des représentants de l’AIQ de l’ASHOQ et de l’AEEPQ afin de discuter des enjeux liés uniquement à la CCD.

C’est l’Alliance des services qui sera responsable de convoquer annuellement en AGA toutes les entreprises des secteurs de l’irrigation et de l’entretien afin de faire le bilan de la dernière année, examiner les rapports financiers afférant, orienter son financement et de donner des orientations pour la bonne conduite de la CCD. Il est important de noter que l’AIQ et l’ASHOQ poursuivront leur mission actuelle indépendamment de la nouvelle Alliance des services.

Est-ce que les grandes chaînes, les épiceries et les quincailleries vont contribuer à la campagne ?

• Pour que les commerces non spécialisés contribuent de façon obligatoire, il faudrait que l’association qui les représente en fasse la demande à la RMAAQ, ce qui n’est pas leur souhait actuellement. Notre désir est de développer des partenariats complémentaires aux campagnes de promotion. Certaines chaînes ont d’ailleurs déjà manifesté leur volonté de soutenir le projet de l’horticulture ornementale s’il va de l’avant. Il y a un précédent avec la CCD des fraises et framboises, qui a su rallier sur une base volontaire les grands acteurs de la distribution alimentaire: Metro, Sobeys, Loblaw et l’Association des propriétaires de fruiteries du Québec.

Je prends ma retraite bientôt et je n’ai pas de relève. Vais- je devoir cotiser ?

Tant que votre entreprise sera active, vous devrez cotiser. Même si vous n’avez pas la chance d’avoir une relève pour votre entreprise. Vous souhaitez certainement que les jeunes de notre industrie aient la chance de connaître aussi de bonnes années de prospérité; c’est ce que vise ce projet.

La promotion générique ne favorise-t-elle pas principalement les grandes entreprises ?

Le fait de cotiser collectivement donne justement aux petites entreprises l’accès à une visibilité qu’elles seraient incapables de se payer seules. C’est une belle occasion pour elles de profiter de plus de moyens grâce à la force du nombre. Les petites, les moyennes et les grandes entreprises: toutes y gagnent!
À quoi?

Mon entreprise est en région. Est-ce que mes ventes vont augmenter avec une campagne générique ?

Plusieurs entreprises ont mentionné le désir que les régions soient bien représentées dans la campagne de promotion. Il pourra y avoir dans la campagne annuelle des volets faisant la promotion de produits et services d’ici et des commerces locaux.

Avant de débuter, nous avons l’intention de faire un grand sondage pour connaitre vos idées et opinions sur le genre de promotion à effectuer dans le cadre d’une campagne générique. Ces informations seront remises à des spécialistes en publicité qui bâtiront une campagne répondant aux besoins et aux réalités de notre industrie.

Où iront les sommes recueillies ?

Pour les trois premières années, les sommes recueillies seront entièrement consacrées à la promotion. Ensuite, une évaluation formelle des résultats obtenus sera effectuée. Selon ces derniers, la CCD pourrait exercer d’autres activités telles la recherche, mais à la condition que toutes les associations membres de la CCD soient d’accord. Les administrateurs des associations participant au projet estiment que le budget annuel de la CCD sera d’environ 1,25 million de dollars par année.

La création et le fonctionnement de cette nouvelle structure ne grugeront-ils pas une grosse partie des sommes recueillies ?

La loi impose la création de cette nouvelle structure. Toutefois, les membres des conseils d’administration des associations souhaitent une bonne utilisation de l’argent… qui vient aussi de leurs poches. Leur intention est claire : garder les frais de gestion au minimum nécessaire pour assurer une saine gestion du projet.

 

Autres

Va-t-on connaitre le montant de la contribution avant de voter ?

Oui, et c’est très important. Les informations sont présentées sur ce site. 

Pourra-t-on avoir chaque année un compte-rendu précis des actions de la CDD ?

La loi exige que la CCD tienne une AGA annuelle pour adopter le rapport annuel des activités et les états financiers. Tous les cotisants auront accès à ce rapport et ce sera pour eux l’occasion de poser des questions aux représentants de la CCD. Les associations accréditées composant la CCD auront les mêmes obligations.